3/25/2017

Ça joue - pingpong poétique avec ROGER LAHU - PEDALO IVRE - MARS 2017



Titre : Ça joue
auteurs : Roger Lahu - Thomas Vinau
ISBN : 979-10-92921-16-8
Format : 11 x 18 cm
Nb pages : 80
Prix : 10 euros
éditeur : Le pédalo ivre






Le joyeux jeu du petit jour
le feu des mots à deux
le message dans la bouteille
à défaut de partager la bouteille 
le rebond le clin d'oeil l'amitié
Roger Lahu est un grand poète
heureux ceux qui le découvriront *
Le Pédalo Ivre est un bel éditeur
heureux ceux qui le soutiendront
Avec eux mes poèmes sont à la maison
La porte est ouverte, Bienvenido !


*Vous pourrez aussi le retrouver ce printemps chez Les amis de Gros Textes ou des Carnets du Dessert de Lune




3/24/2017

Désarmé

Rien de grave
rien d'important
un escargot dans la maison
une goutte de pluie
les battements d'ailes des pigeons
des blagues d'enfant
à la table du soir
un verre de vin
et puis fermer les yeux
dans ta chemise de nuit
rien de grave
rien d'important
juste l'impression
de ne plus être
pour une fois
son propre chasseur
et sa propre proie

3/19/2017

La douce invasion des monstres


Nova Book Box sur Radio Nova
Une bien chouette émission blanche comme une nuit noire dans laquelle on peut entendre à partir de la 51 iem minute une lecture par Richard Gaitet (merci Richard !) de Mon ombre et l'ombre de mon chien extrait de  Il y a des monstres qui sont très bons qui vient de paraître aux éditions du Castor Astral 

Le complice Richard avait déjà consacré une soirée entière à mes Clochards célestes 

Autrement dit youpi !

Et on parle aussi des monstres

merci

3/18/2017

(1) La Commune - Situation - Henri Guillemin

ça fait deux bonnes nouvelles

hier je trouve des petites fleurs jolies
qui sortent d'un vieux mur
 j'en prends trois pour les replanter
fais le con avec
me les fourre dans la barbe
et prend une photo
en là partageant sur ternet
j'apprends que ce sont
des cymbalaires
une plante vivace qui aime les fissures
et qu'on appelle "ruine de Rome"
ça fait deux bonnes nouvelles
le poème s'est écrit tout seul
et je crois que je viens 
de trouver ma fleur

Dennis Wilson - Moonshine

3/16/2017

ça pique les yeux c'te merde !

Avec sa bave et une cuillière
il taillait des petits calvaires
dans les carrés de sucre blanc

Il m'a dit croquer la pomme
c'est la meilleure façon
de perdre une dent

Il m'a dit
j'ai pris perpette
un fond d'un verre de bière

Ce sont les travailleurs
 de la nuit
qui connaissent le mieux
 la lumière

Va demander à l'infirmière
si on peut ouvrir la fenêtre

3/14/2017

C'était le bon temps petit




Tu sais le monde à cette époque là 
était enfin à la hauteur du flou
il y avait ce mélange de boue et de feu
de clarté de beauté de destruction
la rosée sur les notes de musique
le rire du sexe des femmes
et la sueur sur les bibles
le vent était à tout le monde
le sacré s'envoyait en l'air
dans les légumes
et chaque nouveau matin
il fallait se nettoyer le cul
avec la mort

On a rendu le terrain
en plus ou moins bon état 


(c) Elliott Landy

3/12/2017

Aux souvenirs argentiques

Quelle est l'histoire
de cette belle fille
au regard dur et triste
qui pleure ce mercredi
au vent d'Autan
de la gare de Montauban

Je ne connaîtrai jamais
ni le goût de sa peau
ni l'odeur de ses cheveux
ni la cause de ses larmes

Elle ne lira jamais
ce poème

Nous ne resterons 
l'un pour l'autre
que deux images 
éphémères
quelques instants
 côte à côte

Dans le grand album-photo
intergalactique
des épreuves anodines
que personne ne consulte



3/11/2017

Dieu a deux ans et demi

D'un babillage assuré
Il demande la figurine de bébé
posée sur le bureau
en faisant signe de le bercer
une fois qu'il l'a
il lui arrache la tête
et crie dans le trou
entre les épaules
coucou papa 
coucou maman
c'est précisement
à ce moment là
que la vie
prend vie

MATHIEU BOOGAERTS - "POURQUOI PAS" [Clip Officiel]

3/10/2017

Traverser la pluie

 La pluie tombe tranquillement sur les briques d'Albi. Je tue le temps entre deux rencontres dans ma chambre d'hôtel, devant un douteux reportage télé qui raconte l'obsession d'une dame pour retrouver son yorkshire et l'obsession d'une autre à ne pas vomir. La première passe ses journées dans sa voiture à scruter avec des jumelles tous les caniches qui passent. La peur d'être malade rend malade la seconde. Je coupe rapidement le son et regarde la pluie ronronner dans le ciel gris. Aujourd'hui j'ai rencontré des lycéens et des professeurs qui m'ont invité pour partager quelques poèmes. J'ai fait sept heures et demi de train pour partager quelques poèmes. Je suis seul maintenant dans cette chambre d'hôtel et c'est comme si la pluie réduisait toutes les distances. Entre moi et eux. Entre moi et les miens. Entre moi et les autres. Les humains sont prêts à tout pour se sentir un petit peu moins irrémédiablement seuls. Prêts à chercher sans fin un caniche perdu. Prêts à se rendre malade de tout même d'une idée. Prêts à traverser le pays. Prêts à traverser la pluie pour partager un poème. Les journées de train et d'hôtel ne me dérangent pas. Elles me permettent de mieux retrouver ceux que j'aime quand je rentre. Des élèves m'accueillent et m'écoutent avec curiosité. Des professeurs m'invitent et transmettent mes textes avec bienveillance. La poésie m'a sauvé la vie. Elle accompagne mes peurs, mes manques et mes doutes. Elle tient ma solitude par la main. Elle m'a donné une raison valable de traverser la pluie.  Le temps de gribouiller ce texte, la jeune fille aux tocs du reportage se torture pour ne pas replier complêtement le rideau de douche, et la dame consulte une voyante pour son yorkshire. Je n'ai pas envie de me moquer d'elles. Nous sommes ces petites bêtes tragiquement grotesques. Nous luttons, toutes et tous, avec nos grigris dérisoires. Notre insignifiante magie. Nous luttons. Nous nous mouillons. Et parfois d'un petit coup de langue nous gouttons la pluie. Et parfois c'est bon.

(dans une chambre d'hôtel d'Albi le 7 mars 2017)

3/06/2017

Rencontre Albi - Carmaux

 

Se prépare pour trois rencontres
 avec les lycéens d'Albi et de Carmaux
Let's go !

3/05/2017


"Je suis jeune et vieux, comme les moineaux..."
Panaït Istrati, Kira Kyralina

3/01/2017

La part des nuages - Parution 10/18 - Mars 2017


 La part des nuages  
Thomas Vinau
 Alma éditeur en 2014 
Parution en format poche chez 10/18
le 16 Mars 2017

2/28/2017

Je ne mise pas sur les fleurs

Au tripot printannier
du dernier matin de février
sous le ciel bas et lourd
blablabla blablabla
les amandiers hâbleurs
font pêter le marbre rose
de leurs furoncles en fleurs
tandis qu'au beau milieu
du goudron détrempé
qui scintille de rosée
la charogne fumante 
d'une poule écrasée 
déballe les entrailles
de toutes ses couleurs
les paris sont ouverts

2/26/2017

Tout ce que tu ne diras pas tu le perdras. Tout ce que tu diras tu le perdras aussi. - Extrait d'un truc en cours

 (...)

Tout ce que tu ne diras pas tu le perdras. Tout ce que tu diras tu le perdras aussi. Le mot formulé du mal n'inventera pas le mal. Le mot formulé du mal n'inhibera pas le mal. Le mot non formulé infectera la plaie. Dire ne changera rien, mais ne pas dire sera pire. Le mot est une épée de foire. De prestidigitateur. D'apprenti sorcier. Le mot est un faux fauve. Une pacotille de sauvage. Le mot est ton unique pouvoir. Ta dernière braise. Même s'il ne reste personne. Souffle dessus. Sauve le. Tu ne sauveras rien. Tu ne te sauveras pas. Tu sauveras l'essentiel. L'histoire.

(...)

2/23/2017

Seulement voilà


 

Seulement voilà, il y a des cauchemars qu'aucun aspirateur n'aspire, la peau se décroche difficilement des os, on communique parce qu'on ne peut pas communier, parfois la pluie ne lave rien, la terre est un vestige, on pense mal le ventre vide et on pense mal le ventre plein, chaque victoire nous condamne à perdre, deux absences ne font pas une présence, il arrive que le malheur soit agréable et le bonheur désagréable, les enfants naissent dans le sang, l'espace contient le rien mais rien ne contient l'espace et la fin n'en finit pas de finir...

2/19/2017

Le poème du dimanche

Il y a le promeneur du dimanche
qui reste tout de même
un tout petit peu au dessus 
du siesteur du dimanche
qui dépassera toujours et malgré tout 
le peintre du dimanche 
une ou deux marches plus haut
que le petit branleur du dimanche
inexorablement vainqueur
sur le supporter du dimanche
un sérieux cran par dessus 
le laveur de voiture du dimanche
qui n'a aucun mal à dépasser 
d'une bonne tête l'écrivaillon
qui passe son dimanche à classer les autres
suivant leurs activités du dimanche
parce que la vie est une sacrée trainée
qui ne se laisse pas simplifier
une belle salope
et c'est tout à son honneur



2/18/2017

Il y a des monstres qui sont très bons - Parution Mars 2017- Le Castor Astral édition







J'en ferai une ratatouille pour des chats sauvages - Paul Valet



Ma poésie n'est pas la votre et votre poésie n'est pas la mienne. Ecrire, ce n'est pas écrire. Hurler, ce n'est pas hurler. Avec ma tête couchée sur une feuille innocente, et les doigts tremblant d'alcool fou-mineur, je demeure un mutin intégral, nourri de tous les fléaux. Art ancien, art moderne, art futur, j'en ferai une ratatouille pour des chats sauvages. _ Car je suis trop puissant  pour vos entreprises somptueuses. D'autres paroxysmes me nourrissent. Ils ne sont pas de votre cru. J'aime l'art tordu aux embryons de poèmes. Toute votre superbe y sombrera."

Paul Valet, Soleil d'insoumission, éditions Jean-michel Place poésie

2/17/2017

Liste de choses que l'auteur a préféré faire aujourd'hui plutôt que d'essayer d'écrire un truc valable

- Réparer le tournevis pour pouvoir réparer le rocking chair

- Plier les petites culottes propres

- Tailler une baguette de sorcier pour son Harry Potter de fils

- Ramasser les crottes du chien dans le jardin

- Se brosser abusivement la barbe

- Fixer le reflet du soleil sur le carrelage jusqu'à ce que son empreinte fluorescente dessine un vaisseau spatial sur la rétine

- Aller récupérer le crâne de cette charogne de chat près de la rivière

- Chercher sous tous les meubles le doudou perdu de son second magicien de fils

- Réfléchir à l'éventualité de résoudre la septième proposition grâce à la sixième

- Inonder la maison de shampoing anti-Poux

- Passer l'aspirateur partout (mais vraiment partout) ( même dans l'escalier de la cave ou dans le garage)

- Faire jouer longtemps le bout de sa langue avec la pulpe de mandarine coincée entre la prémolaire 25 et la prémolaire 26

- Retrouver des connaissances du lycée sur facebook

- Balayer le plafond

- Chercher un tuto pour ouvrir la porte bloquée d'un lave-linge avec de la ficelle à roti

- Regarder Columbo sur TMC

- Cette liste


2/16/2017

Pierre Rabhi sort de ce poème !

Retourner ses rêves
comme un bon vieux compost
ne rien désherber
tout vaut le coup
on verra bien ce qui germe

2/15/2017

Comming Soon - Il y a des monstres qui sont très bons - Le Castor Astral





































« La poésie peut raconter des histoires. La poésie peut être un film d’horreur, une blague, un cri sauvage, une nuit blanche d’adolescent, une question, un naufrage, un dialogue. La poésie a tous les droits tant qu’elle sait s’adresser à l’autre en restant sincère. Je voudrais qu’elle soit l’air frais que fait tourner la bête en dansant sur elle-même. Je voudrais qu’elle soit une fenêtre qui s’ouvre, pour s’échapper et se retrouver. Le sourire du monstre qui répond à notre silence. » Thomas Vinau

 Il y a des monstres qui sont très bons
Thomas Vinau
Le Castor Astral, éditeur
 Parution : 2 mars 2017
Genre : « Poésie »
Format : 14 x 20,5 / 128 p.
ISBN : 979-10-278-0104-6
PRIX TTC : 13 €

2/14/2017

J'ai vu Batman faire la manche à la St valentin

Il a fait sécher les bouts
de son coeur brisé
puis s'en est servi
comme d'une craie
pour dessiner 
des doigts d'honneur
et des chattes noires
sur les trottoirs mouillés